Dernières tendances dans la consommation de bière pour 2023

Temps de lecture : 36 min
Tendance 2023 : consommation de bières sans alcool avec Athletic Brewing

Etude bière 2023

Email Before Download

Prénom(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Dans ce long dossier, nous allons parler des prochaines grandes tendances dans la consommation de bière pour 2023, horizon 2025. Selon les dernières prévisions de l’IWSR, le marché de la bière mondiale devrait retrouver ses niveaux pré-Covid d’ici 2024, avec une croissance de près de 3% par rapport 2019.

Côté croissance, les marchés traditionnels de la bière (Amérique du Nord, Australie et Europe occidentale) montrent des signes de maturité. Dans les autres parties du monde, la demande continue d’être relativement dynamique. L’Amérique centrale et du sud, où la consommation de bière a déjà dépassé les niveaux de 2019, devrait connaître une croissance de 15% d’ici 2026 (Brésil, Mexique et Colombie en tête).

Le marché africain, lui, devrait continuer à croître, avec une population jeune et une consommation de bière par habitant relativement faible. En Asie, malgré des marchés chinois et japonais en baisse, la croissance des volumes devrait atteindre 22% dans les cinq prochaines années, notamment aux Philippines, Cambodge, Laos, Indonésie et Inde.

Enfin, dans les marchés matures, la croissance se concentrera davantage sur la valeur plutôt que sur le volume. Nous verrons donc une tendance à la consommation de produits de meilleure qualité, et un focus particulier sur les boissons sans alcool. Les marques de bière reconnues à l’échelle mondiale investissent de plus en plus dans les alternatives non alcoolisées, avec des revenus annuels générés par ces produits qui devraient atteindre des milliards de dollars.

Avant de passer aux choses sérieuses, nous pourrons noter que les brasseries artisanales et industrielles sont de moins en moins liées à leurs activités de brassage. En témoigne, Molson Coors qui est désormais une “société de boissons” et non plus une “société de brassage” et AB InBev qui continue d’investir dans son activité “Beyond Beer“, ayant généré plus de 425 millions de dollars de revenus au deuxième trimestre 2022, selon son rapport de résultats !

Si vous êtes plus audiophiles que lecteurs, retrouvez les dernières tendances consommation 2023 en version audio avec 4 épisodes SuperPotion™ orientés “Tendance boisson 2023” :

Sommaire
  1. Les styles de bière en 2023
  2. Des ingrédients innovants (houblons, malt, levures)
  3. La tendance «Beyond Beer»
  4. Les emballages bière en 2023
  5. Marché local : l’essor de la production et de la vente en circuit court
  6. La croissance des taprooms et bars de brasseries en France
  7. Identité et plateforme de marque des brasseries artisanales
  8. Les tendances de fond sur l’horizon 2025
  9. FAQ sur les tendances bière de 2023
  10. Exorcisme de marque

Les brasseurs nous ont montré ces dernières années que finalement tout était possible. Ça peut être aussi une des tendances qui est de toujours essayer de faire la bière la plus originale possible pour satisfaire la soif du consommateur de découvrir des choses nouvelles avec de nouveaux ingrédients et de nouveaux process. Il y a donc un univers à aller conquérir avec la bière sans alcool.

Théodore Becquart, fondateur de Brewing Theory

Les styles de bière en 2023

Les bières légères et les bières sans alcool (Micro et NA Beers)

En 2022, il y a eu une explosion de l’intérêt pour les bières sans alcool. Cela s’inscrit dans la tendance de la sobriété. Les bières sans alcool ont considérablement progressé en termes de qualité et il est désormais possible de trouver des produits qui sont agréables à boire, ce qui n’était pas toujours le cas auparavant. Il y a eu un grand travail sur la faisabilité des bières sans alcool et un développement de technologies qui rendent cela plus accessible pour les brasseries.

Par exemple, il existe des méthodes qui consistent à utiliser des levures qui ne transforment pas le maltose, ou bien des méthodes plus modernes et industrielles telles que la désalcoolisation, qui consiste à retirer l’alcool et l’eau d’une bière pour obtenir un sirop que l’on redilue ensuite avec de l’eau pour obtenir une bière inférieure à 0,5%.

Cependant, ces méthodes peuvent également enlever les arômes de la bière, il est donc nécessaire de la réaromatiser. Il existe désormais des développements de matériels qui permettent d’avoir des formes d’évaporation progressive, comme la distillation sous vide ou la distillation par centrifugation. Ce sont des processus certes complexes, mais qui permettent de récupérer les arômes et d’obtenir des produits de qualité.

En termes de tendances de consommation bière pour 2023, on peut constater que les brasseries spécialisées dans les bières sans alcool comme Athletic Brewing continuent de se développer. Selon Théodore Becquart de Brewing Theory, “les brasseurs nous ont montré ces dernières années que finalement tout était possible. Ça peut être aussi une des tendances qui est de toujours essayer de faire la bière la plus originale possible pour satisfaire la soif du consommateur de découvrir des choses nouvelles avec de nouveaux ingrédients et de nouveaux process. Il y a donc un univers à aller conquérir avec la bière sans alcool.”

Ainsi, les brasseries continuent de sortir des styles classiques version sans alcool ou faiblement alcoolisée, comme les abbayes, les bières brunes, les stouts et même les sours (bières acides). Athletic Brewing, la brasserie américaine pionnière dans les bières sans alcool s’implante à présent en Europe et continue son expansion suite à l’investissement de Keurig Dr Pepper. D’autres marques telles que Hoplark repoussent l’innovation avec leurs “Hop Teas” et “Hop Waters”, alternatives intéressantes sur le marché.

Bière faible en alcool
Hazy Pale légère de Bungalow Beer
Hoplark, bière sans alcool
Really really hoppy de Hoplark
Big Drop Brewing sans alcool
Gamme de bières sans alcool de la brasserie Big Drop
The Garden Brewery DDH IPA 0.0%
DDH IPA sans alcool de The Garden Brewery
Micro IPA de Ninkasi
Micro IPA 1.9% vol. de Ninkasi

Les Modern IPAs (Hazy, New England, Double IPA, DDH), toujours avec une bonne dynamique

En 2023, la NEIPA et la Hazy IPA vont continuer d’être populaires malgré une légère baisse de dynamisme dans certains milieux craft. Il est important de souligner la brasserie Goudale qui a sorti en 2022 la Hippy juicy (NEIPA à base de houblons Citra, Galaxy, Mozaïc). C’est intéressant, car il s’agit d’une brasserie reconnue avec une typologie traditionnelle ayant des consommateurs non connaisseurs ou non-geeks. On remarque donc une augmentation de ces produit venant de plus en plus accessibles pour tous les consommateurs. Ce que l’on nomme les “modern IPAs” offre alors un bouquet de saveurs de houblons, quelque chose d’assez Hazy, d’assez doux en bouche, ouvrant la porte de l’appréciation de la bière pour toutes les personnes qui aiment moins l’amertume.

DDH IPA Mosaic Ekuanot de la brasserie Cambier
Visuel de la DDH IPA Mosaic Ekuanot de la brasserie Cambier
Double IPA Basqueland Brewing
Collab Basqueland x Verdant pour une Double IPA
Bières houblonnées de la brasserie Fauve
Bières houblonnées de la brasserie Fauve
NEIPA Tired Hands Brewing Co
DDH Alien Church (Citra & Galaxy) de Tired Hands Brewing Co

La West coast IPA revient en retro-tendance, accompagnée de la No Coast IPA

Malgré la croissance des NEIPA et des bières fortes en aromatique, certains styles reviennent sur le devant de la scène comme la Old School IPA ou la West Coast IPA. Certains consommateurs n’ont pas toujours envie d’avoir ce côté ultra houblonné-fruits exotiques dans une bière et veulent revenir sur de l’amertume. On pourrait noter cela comme une “rétro tendance”.

Une autre appellation a surgi depuis peu dans le milieu craft étant la «No Coast IPA». La No Coast IPA est une bière qui ne se rattache pas à une région spécifique des États-Unis. Elle se caractérise par un mélange de différents styles de bières IPA et sur un équilibre des saveurs et des arômes. En clair, il s’agit d’un mix entre la West Coast IPA (plus amère) et la East Coast IPA (plus aromatique).

No Coast IPA de la brasserie Bapbap
No Coast IPA de la brasserie Bapbap

L’oenobière (ou Grape Ale) poursuit doucement son cours

L’oenobière continue à gagner en popularité en 2023. En effet, les Grape Ales et la cofermentation (qui consiste à brasser de la bière et du vin ensemble) continuent à progresser en termes de tendances. Généralement, on en entend plus parler pendant la période de fin des vendanges. Il y a une croissance de ces styles de bière, mais également une hype chez les micro/nanobrasseries et dans la communauté bière geek. Les magazines sur l’univers du vin comme Vitisphere parlent également de ces oenobeers comme d’une tendance qui pourrait être une autre façon de démocratiser à la fois la bière pour les consommateurs de vin et le vin pour les consommateurs de bière.

Les chiffres et statistiques de certaines études dévoilent que le vin serait de moins en moins consommé par les jeunes et la Gen-Z au profit de la bière. Peut-être que ce style hybride entre les deux filières pourrait apporter quelque chose d’intéressant d’un point de vue générationnel.

Retour sur la fermentation basse

Il y a une tendance de fond depuis 2022 sur le retour aux bières de fermentation basse, et notamment les lagers. Il existe des brasseries qui travaillent très bien sur ces styles de bières comme Galibot et VIF.

Ces brasseries artisanales démocratisent ces styles de bières auprès des neo-consommateurs en produisant des bières de qualité supérieure. Les bières de fermentation basse sont considérées comme étant les plus difficiles à brasser, car elles ont un risque élevé de produire des DMS (diméthylsulfure) ou des diacétyles (pouvant donner un goût de maïs ou de chou cuit). Il est donc très difficile de brasser une lager de qualité. C’est un véritable exercice de style pour les brasseries craft d’obtenir une bière agréable à boire.

Le retour à la fermentation basse pour les brasseries craft permettrait ainsi de redonner des lettres de noblesse aux lagers, dégradées il y a une cinquantaine d’années par les industriels.

La Cold IPA, une tendance des US qui pourrait débarquer en force

La Cold IPA est un style tendance qui est en train de se développer aux États-Unis et qui pourrait arriver prochainement en France.

Cette bière est fabriquée en utilisant une fermentation basse avec une levure de lager type Kölsch, Mexican lager ou California common. Nous ajoutons ensuite une proportion de riz ou de maïs (entre 20% et 40%) pour donner plus de sècheresse au produit. Afin d’obtenir une bière limpide, on réalise souvent un Dry Hopping en biotransformation. Cette bière est en quelque sorte l’antithèse de la NEIPA (caractérisée par une forte turbidité et une forte teneur en houblon).

Les brasseries françaises produisent généralement ces Cold IPA sur des brassins éphémères afin de tester le marché et les réactions des consommateurs.

Winter Ritual Cold IPA
Winter Ritual Cold IPA de Hopworks Urban Brewery

Qu’en est-il du cidre artisanal et de l’hydromel (meads et session meads) ?

Le marché du cidre est plutôt prometteur. Selon les prévisions de IWSR, les volumes de cidre devraient augmenter de 2% par an entre 2021 et 2026, dépassant même les niveaux de 2019 en 2023.

Cependant, le marché du cidre doit faire face à deux défis importants : réduire sa dépendance envers le Royaume-Uni et l’Irlande et contrer la menace des boissons prêtes à boire (RTD). Les marques de cidre innovent donc en proposant de nouveaux goûts afin d’attirer de nouveaux consommateurs et regagner ceux qui ont été perdus au profit des RTD.

Les cidres à base de fruits et les cidres sans alcool sont des exemples de ces innovations. On notera alors, dans le paysage français actuel, des marques telles que Fils de Pomme dans le Vexin normand ou Topa Cidre, une boisson faite à base de pommes du Pays basque (Goikoetxea, Txalaka, Urtebi…).

Le session mead (un type d’hydromel) devient, lui aussi, de plus en plus populaire aux États-Unis et dans les pays nordiques. Il est souvent associé à la communauté beer-geek. Ce produit est souvent très riche en fruits, même si le miel reste une composante importante de celui-ci. Généralement, les taux d’alcool pour ce breuvage sont plus élevés que l’hydromel traditionnel.

Ces boissons fermentées sont considérées comme des produits premium. Elles sont donc souvent vendues à des prix plus élevés. Il est probable de voir débarquer plus d’hydromel et de session mead en France, avec des acteurs pionniers tels que Bulles de Ruche, qui en produit depuis 2020.

Bulles de Ruche, hydromel français (mead)
Bulles de Ruche
Kicking Goat Cider
Kicking Goat Cider
Cidre Rabaska
Cidre Rabaska

Des ingrédients innovants (houblons, malt, levures)

Levures sèches, levures sauvages, bactéries et maturation en bouteille

En 2022, nous avons constaté une explosion de développement de nouvelles souches de levures et bactéries, notamment chez les fournisseurs comme Lallemand et Fermentis. Lallemand a sorti une nouvelle souche de lager (renforçant la tendance de retour à la lager), tandis que Fermentis a développé des levures sauvages sèches pour les rendre plus accessibles aux brasseurs et brasseuses.

Une innovation importante est la souche de brettanomyces de Fermentis qui est non diastaticus. Cette souche permet d’ajouter des arômes de cuir et d’épices lors de la maturation en bouteille, sans rendre la bière trop sèche. D’autres développements incluent les lactobacillus et les pediococcus pour acidifier les bières. Enfin, certaines souches hybrides comme Philly Sour de Lallemand produisent à la fois de l’acide lactique et de l’alcool. Ces nouveaux développements visent à faciliter les processus de brassage pour les brasseries et à éviter les risques de contamination croisée.

Côté innovation, la société EvodiaBio révolutionne le secteur. Leur méthode de fermentation brevetée produit des arômes qui sont généralement perdus lors de la fabrication de bière non alcoolisée. La société utilise des cellules de levure qui sécrètent des composants d’arôme individuels et les combinent pour imiter les profils d’arôme de différents houblons. Cela crée donc un produit naturel, pur et durable.

Levures Yops de EvodiaBio

EvodiaBio vise à lancer son produit, appelé Yops, en 2023 pour améliorer le goût de la bière non alcoolisée en tant qu’alternative durable.

Malts à faible impact en Carbonne, malts verts et malts non torréfiés

La tendance croissante de production de “bière durable” alerte les malteries modernes. L’utilisation de malts verts, non torréfiés et à faible impact carbone, devient donc primordial. Ainsi, les malteries se tournent vers des méthodes vertes pour leurs productions, tout en utilisant des grains crus non maltés pour réduire l’impact environnemental. Les brasseries, de leur côté, sont en train d’explorer des méthodes de production plus durables, comme la réduction de la durée d’ébullition pour minimiser les impacts biochimiques sur le produit final.

Innovation des malts infusés, blé torréfié, malt de seigle

L’innovation dans les malts est en constante évolution et de nombreux acteurs de la filière brassicole sont à l’avant-garde de ces développements. Belgomalt, par exemple, a présenté des malts infusés lors de la Drinktec en 2022.

Pendant le processus de maltage, les malts sont infusés avec des plantes ou des épices pour ajouter des saveurs uniques à la bière. Il est également possible de faire infuser les malts dans le moût, sans avoir à les concasser, pour ajouter de la couleur sans l’astringence.

On pourra aussi noter que Malterie du château a produit des blés torréfiés et des malts de seigle caramélisés, qui apportent de nouvelles saveurs à la bière.

Houblons (Sabro, Talus, Barberouge, Elixir, Cascade FR…)

Du houblon par ci, du houblon par là, du DDH à tout va… Bref, la tendance dans la filière brassicole est clairement à l’utilisation de houblon, et cela sous toutes ses formes.

En ce qui concerne les tendances en matière de houblons, on peut constater une diversité croissante, avec des classiques comme Citra et Mosaïc, mais aussi des houblons comme Ekuanot, Sabro, Talus et Barbe Rouge français. Les houblons comme le Brewers gold, le Golding, le Strisselspalt, le Fuggle et le Cascade français utilisés dans les bières “historiques” pourraient aussi retrouver leur place dans les bières de demain.

Il est également intéressant de noter que de nombreuses brasseries artisanales privilégient le brassage local, avec une réduction de l’impact environnemental et la promotion des artisans et agriculteurs locaux. La tendance irait donc plus dans le sens de privilégier les houblons locaux avec un faible impact environnemental plutôt que d’utiliser des houblons américains ou néo-zélandais.

Pour finir, de nombreux produits diversifiés à base de houblon pointent le bout de leur nez chez les brasseries tels que les kombucha houblonnés, les eaux houblonnées et les hard seltzers houblonnés (ce qui nous amènera à la tendance «Beyond Beer» plus bas).

Exorcisme de marque

Vous êtes prêts à traiter vos troubles d’identité ? Vous souhaitez être conseillé rapidement sur votre brasserie, distillerie ou entreprise par un cabinet d’experts du secteur ?

Studio Blackthorns vous guide dans votre positionnement, votre rédactionnel et votre communication. Bénéficiez de notre expertise sur vos enjeux les plus complexes en stratégie et design de marque et appliquez les conseils et perspectives directement pour renforcer votre croissance et vos ventes.

→ Réservez votre créneau

La tendance «Beyond Beer»

La tendance Beyond Beer est un courant qui se concentre sur l’expansion de la catégorie de la bière pour inclure de nouveaux produits allant au-delà de la bière traditionnelle. Il vise à explorer de nouveaux horizons pour les boissons fermentées ou «brassées» en termes de goût, de fonctionnalité et de consommation.

En réponse à une demande croissante des consommateurs pour des boissons plus saines et plus variées, les brasseries (pour le moment majoritairement anglo-saxonnes) étendent leur portefeuille et s’éloignent des produits alcoolisés traditionnels.

Jibby Cold Brew CBD
Jibby Cold Brew CBD
Ceria, bière infusée au CBD
Ceria, bière infusée au CBD
Sacred Seltzer, hard seltzer
Sacred Seltzer, hard seltzer
Juvee, Boisson énergisante fonctionnelle
Juvee, Boisson énergisante fonctionnelle

Boissons fonctionnelles, hop waters, hard seltzers, et energy drinks

La bière fonctionnelle est un domaine qui suscite un grand intérêt en raison de la diversité des produits qui peuvent être créés par les brasseries. Il est vrai que nous remarquons depuis 2021 une tendance aux brasseries artisanales à se comporter comme des “sociétés de boissons”, plus généralistes.

Ce shift est très intéressant, car il permet de mettre en lumière de nouvelles catégories de boissons et d’ouvrir le spectre à l’architecture de marque de ces entreprises.

Hop WTR
Hop Wtr – Eau houblonnée

Cependant, il est important de souligner que la bière est un produit alcoolisé et qu’il est difficile de combiner cela avec une fonctionnalité saine (voir les différents podcasts sur la Loi Évin ici et ). Il serait plus logique de se concentrer sur les boissons sans alcool qui peuvent offrir des avantages fonctionnels.

Les produits sans alcool continueront de prendre une part de marché importante, tout comme les bières infusées au CBD, les eaux houblonnées (démocratisées par Lagunitas Hoppy Refresher, Hop Splash de Sierra Nevada Co ou encore Hop Wtr) et les cold brew. Les hard seltzers, quant à eux, sont dans une phase de stagnation face aux RTD. Nous nous abstiendrons donc de prédire quoi que ce soit pour cette catégorie.

Nous parlons de “Hop Water” avec Dorothée Van Agt dans l’épisode 08 de 1000 Hectos intitulé “HOP WATER : la tendance des eaux houblonnées va-t-elle détrôner les bières sans alcool“.

La vidéo chapitrée ci-dessous aborde des thématiques intéressantes comme : Hop water comme base de boissons fonctionnelles ? Alternative aux sodas et aux bières sans alcool ? Ou encore la nomenclature et codes visuels des hop waters.

Côté boissons “mystiques”, nous avons remarqué une tendance croissante vers les boissons “better for you” ou saines, comme les boissons infusées aux champignons (Mud\wtr, par exemple) ou les boissons fonctionnelles pour la concentration cognitive (avec notamment la présence d’adaptogènes et de nootropiques).

Il est intéressant de constater que la demande croissante des consommateurs pour les energy drinks et les boissons fonctionnelles émergent également aux États-Unis afin de lutter contre l’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Nous finirons cette rubrique par une innovation de bière sans alcool au safran nommée Ticket, une recette conçue pour “améliorer l’humeur et revitaliser”.

Bien que les brasseries artisanales soient de plus en plus nombreuses à se diversifier dans ces produits, il semble que nous soyons encore loin d’une réelle démocratisation de ces produits en France, même chez les distributeurs et dans les bars. Il faudra donc encore du temps pour voir cette tendance s’installer pleinement sur le marché français.

Nous remarquons depuis 2021 une tendance aux brasseries artisanales à se comporter comme des sociétés de boissons plus généralistes. Ce shift est très intéressant, car il permet de mettre en lumière de nouvelles catégories de boissons et d’ouvrir le spectre à l’architecture de marque de ces entreprises.

Ludovic Mornand, fondateur de Studio Blackthorns
Eau houblonnée Lagunitas
Hoppy Refresher – Lagunitas
Hop Splash, bière houblonnée de Sierra Nevada Co
Hop Splash – Sierra Nevada Co
Ticket, bière au safran
Bière sans alcool au safran “Ticket”
Leisure Boisson fonctionnelle
Leisure, boisson fonctionnelle

Arômes, colorants et extraits naturels

En 2023, les arômes, colorants et extraits naturels seront des éléments clés pour les boissons, notamment pour la catégorie Beyond Beer et pour les RTD . Les sociétés spécialisées en arômes et saveurs proposent des extraits de café, de thé et de plantes, ainsi que des colorants naturels pour donner des couleurs attrayantes aux boissons.

Par exemple, une société appelée Exberry propose des teintes rouges “rubescent” pour ajouter de la couleur aux boissons et d’autres sociétés telles qu’Arômes et Saveurs et Metarom proposent des arômes et extraits naturels permettant soit de renforcer les arômes existants soit d’en créer de nouveaux, tout en respectant les normes de l’industrie.

En termes de tendances spécifiques, on retrouve le “clean label” où l’on essaye d’enlever les additifs et ingrédients artificiels pour la santé du consommateur et pour faciliter la lecture de l’étiquette.

En ce qui concerne la sphère digitale, les applications comme Yuka et Karbon permettent de disséquer les infos nutritionnelles et de suivre l’impact carbone des produits. À l’aube d’une génération plus informée et plus consciente, nous faisons davantage attention aux valeurs nutritionnelles et au Nutri-score.

Je pense que la cohabitation des formats, ce n’est pas un problème à partir du moment où elle est bien identifiée. Il y a des gammes scindées avec des publics ciblés. Une brasserie qui fait une gamme assez tradi de blonde, blanche, même si elle va appeler ça une Pale Ale, une Wheat Beer ou je ne sais quoi, va toujours aller chercher un format bouteille. C’est plus adapté notamment à un public local qui cherche de la consommation de bière locale, artisanale.

Alexandre Lecart, fondateur du podcast Sirotons le Houblon

Les emballages bière en 2023

Cohabitation bouteilles en verre et canettes alu

L’emballage et le conditionnement sont des sujets importants pour les brasseurs et brasseuses. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, on a constaté un boom des canettes, notamment pour les bières craft et chez les cavistes spécialisés. Les microbrasseries geek utilisent désormais la canette pour presque tous les styles de bières, à l’exception de celles qui sont en barrique, plus expérimentales ou sauvages.

D’une manière générale et dans le monde plus traditionnel de la bière et de la grande distribution, la plupart des consommateurs ne se sentent pas concernés par les canettes. Ils ne voient pas encore l’intérêt de ces emballages qu’ils associent encore à une image négative.

En revanche, les jeunes de 25 à 35 ans sont plus enclins à accepter ce format (idem pour le vin), car ils ont connu ce boom et ont accompagné l’arrivée des canettes sur le marché.

Les brasseries traditionnelles qui souhaitent se lancer dans des gammes éphémères peuvent utiliser les deux formats, mais il est important de prendre en compte l’image que véhiculent les canettes auprès du grand public pour ne pas pénaliser les ventes.

Dans l’épisode 41 de SuperPotion™ intitulé “Malade du produit, dingue de branding, bête de marque : on déconstruit la success story Brique House“, Baptiste Dufossez, fondateur de la brasserie du nord Brique House explique que la part de ses ventes en canette n’est finalement pas si élevée que ça et que les bouteilles 33cl et 75cl cumulent la majorité des ventes de leurs bières.

Bières bouteilles Brique House
Quelques bières de chez Brique House

Vers une démocratisation des packs et variety packs ?

Les emballages pour boissons en canettes ou en bouteilles évoluent. Les rayons boisson optent de plus en plus pour des facings esthétiques mettant en valeur les “variety packs” ou des pack classiques.

Nous voyons également certaines enseignes proposant aux consommateurs de composer leur propre pack en choisissant entre quatre ou six produits. Cela permet aux consommateurs de sélectionner les boissons qu’ils souhaitent et de repartir avec leur sélection.

Cette tendance est assez intéressante, car il est possible que les grandes surfaces adoptent à l’avenir cette idée pour se rapprocher de l’image d’un caviste et pour premiumiser leur rayon boissons.

Les packs sont aussi un élément de branding à ne pas négliger aux vues de la croissance exponentielle du E-Commerce et de la livraison à domicile. Ainsi, il est recommandé de réfléchir à son expérience client avant, pendant et après l’achat.

Aha packagings Eau pétillante
Aha, packagings pour une marque d’eau pétillante
Variety pack Little Things
Variety pack Little Things
Pack Athletic Brewing
Pack Athletic Brewing
Pack de bières Mira
Packs Sierra Nevada
Variety pack Voodoo Ranger, de New Belgium

Fûts inox pour le CHR

La question des fûts inox sera importante en 2023 pour des raisons écologiques. En effet, les Keykegs et autres fûts One-way sont en plastique et souvent très mal recyclés. Il s’agit d’une problématique écologique que les acteurs de la filière ne peuvent plus ignorer à présent.

D’après Alexandre Lecart du podcast de Sirotons le Houblon, le coût des fûts jetables a considérablement augmenté en 1 an et demi, passant de 12€ pour un fût de 30 litres à 17,50 €. Cela rend l’inox tout de suite plus abordable à long terme et force les brasseries à investir dans un parc dédié. Cependant, il n’y a qu’une seule fabrique de fûts en inox en France et cela nécessite donc un investissement considérable.

Tirage pression, bar La Capsule à Lille
Bar La Capsule à Lille

Retour de la consigne et réemploi de bouteilles

Le retour à la consigne et le réemploi de bouteilles sont des tendances en forte croissance dans la filière brassicole française. Les consommateurs cherchent à consommer localement tout en réduisant leur impact environnemental. Cela pousse des entreprises comme Le Fourgon ou Haut la consigne à investir dans des machines pour nettoyer et réutiliser les bouteilles.

Haut la consigne nous informe, par exemple, sur l’impact écologique en précisant que “le réemploi permet l’économie de 75% d’énergie, 79% de CO2 et 33% d’eau, comparé au recyclage des bouteilles.” (Source : Analyse de Cycle de Vie – Étude du Cabinet Deroche pour la Brasserie Meteor – 2009).

Florence Duriez continue : “Le réemploi des bouteilles est également plus écologique que les canettes alu. Il cumule les avantages de fidéliser les clients, de développer une source d’approvisionnement à un tarif maîtrisé et de participer à la création d’emplois locaux non délocalisables. Enfin, il répond aux nouvelles législations (Loi AGEC, février 2020). En 2023, les embouteilleurs de plus de 100 M€ de CA doivent proposer 5% de contenants réemployables. En 2027, ce sera 10% pour tous !”

Les brasseries locales pourraient donc proposer une gamme complète de boissons dans des bouteilles consignées, répondant aux attentes de consommateurs de plus en plus sensibles aux questions environnementales.

Enfin, chez des enseignes bio telles que Biocoop ou La vie Claire, il n’est pas exclu la possibilité de voir apparaitre le réemploi de la bouteille. Cela engendre donc un questionnement sur le choix de la forme du packaging en tant qu’élément différenciant. En effet, plus le moule s’éloignera des standards, plus il sera difficile de réutiliser le contenant.

Si l’empreinte écologique et le réemploi de bouteille sont des sujets majeurs pour votre société, alors utiliser une bouteille standard dans le circuit bio est peut-être la meilleure chose à faire.

Le Fourgon réemploi de bouteilles et consigne à Lille
Le Fourgon – Livraison de boissons consignées à la maison

Marché local : l’essor de la production et de la vente en circuit court

Il est de plus en plus courant de voir des brasseries artisanales se concentrer sur le marché local et favoriser le circuit court. Cependant, il est important de noter que cela dépend de la typologie de la brasserie. En effet, les brasseries ultra-geek, qui visent un public beer-geek, continueront à vendre à l’échelle nationale et à être distribuées dans des cavistes spécialisés.

En revanche, une brasserie qui produit des bières artisanales, mais avec une connotation plus locale et une dimension écoresponsable et/ou bio, devra reconquérir (ou mieux cibler) son public local. Il est devenu plus difficile pour les brasseries craft aujourd’hui de se faire connaître sur le marché, car il y a de plus en plus de concurrence. Certaines brasseries locales telles que La P’tite Maiz’ ont donc décidé d’ouvrir un bar en centre-ville pour se faire connaître auprès de leur public local.

La croissance des taprooms et bars de brasseries en France

La création de taprooms et bars de brasserie en France est un phénomène en pleine croissance. La différence entre une taproom et un bar de brasserie est que la taproom est intégrée à la brasserie, sur le lieu de production, tandis qu’un bar de brasserie est un bar “brandé” à l’image de la brasserie, pouvant être à un endroit complètement dissocié — On utilise souvent ce terme à tort car l’anglissime rend mieux !

Aujourd’hui, les brasseries sont conscientes de l’importance d’avoir une présence physique dans les centres-villes pour augmenter leur visibilité, leur consommation et leurs marges. Beaucoup de microbrasseries intègrent même l’idée d’avoir une taproom dès leur projet d’ouverture.

Nous avons pu voir le succès des lieux réalisés par Ninkasi dans la région Rhône-Alpes Auvergne, Brique House sur Lille et Bordeaux, La P’tite Maiz’ à Tours ou encore Brasserie du Grand Paris et Gallia dans la capitale.

Taproom Brique House
HTSM, bar de Brique House à Villeneuve D’Ascq
Bar Ninkasi à Lyon Gerland
Ninkasi à Gerland, Lyon
La Débauche à Angoulême

Identité et plateforme de marque des brasseries artisanales

Naming et dénomination commerciale

La communication rédactionnelle (messaging) est une phase clé pour la perception de votre marque. Le naming est l’un de ces éléments, tout comme le design et le packaging.

Il devient courant de voir des brasseries brasser à façon pour des restaurants et des marques de grande distribution. Certains termes techniques tels que “DH” (Dry Hop) ou “DDH” (Double Dry Hop) apparaissent sur les étiquettes de bière, même chez Leclerq ! Cela montre que les gros acteurs cherchent à se rapprocher des codes de la craft, car ceux-ci deviennent de plus en plus populaires et donnent peut-être une image plus authentique et geek (sous-entendu que le produit sera plus travaillé et donc meilleur).

Les termes qui devraient exploser auprès du grand public en 2023 sont ceux liés à la New England IPA (NEIPA), et aux modern IPAs (“new england”, “hazy”). Rappelons-nous de l’arrivée du terme IPA en France il y a quelques années et sa démocratisation aujourd’hui. Et bien rebelote ! Certains termes comme “juicy” ou “milkshake” pourraient bien avoir le vent en poupe également.

Le naming ou la dénomination des bières est un sujet complexe dans le marché brassicole. Les consommateurs sont habitués à la dénomination traditionnelle blonde, blanche, ambrée, brune et il sera difficile de changer cette habitude. Les brasseries peuvent opter pour des dénominations à deux niveaux, où elles classent leurs bières par couleur tout en renseignant sur le style.

Cependant, il est difficile de se détacher complètement de la dénomination classique. Le naming dépend de là où la bière est distribuée et de la cible visée. Dans les grandes surfaces, il est préférable de mettre en avant la couleur de la bière, tandis qu’avec une distribution locale, il peut être intéressant d’égaliser le style et la couleur de la bière.

Design d’étiquettes

En ce qui concerne le design, il y a une tendance croissante à utiliser des illustrations sur les canettes de bière, mais il y a également des signes d’une certaine fatigue visuelle à ce sujet. Cela dépend vraiment du public cible, et il peut être difficile de trouver un juste équilibre entre l’attrait pour les illustrations et l’identification facile de la marque. Les marques américaines sont assez bonnes à ce jeu en utilisant des typos simples et des couleurs unies, afin de rester impactant et différenciant.

Il est important de trouver une iconographie ou une empreinte qui permette de démarquer votre brasserie. Un équilibre entre l’attrait pour les illustrations et la capacité à retenir les consommateurs et à les faire s’attacher à la marque. Encore une fois (et ce ne sera jamais de trop), il est important de cibler la bonne audience pour éviter de perdre les consommateurs en utilisant des illustrations éphémères ou des noms trop complexes.

Mur de canettes - 366 Cans Challenge
366 Cans Challenge de Studio Blackthorns
Vitrivius craft Kombucha
Vitruvius craft Kombucha
Super Frau!
Super Frau!
Ababol Brewing Co
Ababol Brewing Co

Les tendances de fond sur l’horizon 2025

Stabilité et Clean label

Il y a un défi technique important pour les boissons sans alcool en termes de stabilité du produit dans le temps. Pour créer un soft-drink industriel, il est nécessaire d’ajouter des conservateurs et des colorants pour maintenir la couleur et le goût du produit aussi longtemps que possible. Cependant, il y a une tendance croissante dans la formulation de produits “clean label”, c’est-à-dire sans conservateurs, additifs, arômes de synthèse ou édulcorants. Cela nécessite un travail important pour les fabricants pour maintenir la qualité du produit sans ces ingrédients ajoutés.

Les consommateurs doivent également être prêts à accepter que ces produits puissent subir des changements dans la couleur et le goût. Ils ont aussi une durée de conservation plus courte. Pour les boissons à base de houblon comme les hop waters, il est important de les conserver au froid pour préserver les arômes, mais cela a un impact environnemental et économique. La pasteurisation est également une solution pour maintenir la stabilité microbiologique du produit, mais cela a un coût énergétique et un coût d’investissement matériel. Les brasseries doivent donc prendre en compte ces défis techniques pour maintenir la qualité et la sécurité des produits sans alcool.

La sobriété énergétique et écologique

Selon Théodore Becquart, l’enjeu environnemental est une top priorité. Cette notion de sobriété énergétique et de sobriété écologique dans des produits moins énergivores, moins sucrés et moins alcoolisés sont deux points essentiels pour 2023. Ces problématiques vont toutefois permettre un potentiel d’innovation énorme pour trouver de nouvelles solutions et amener de nouvelles façons de consommer.

Les brasseurs et brasseuses vont de plus en plus expérimenter

La bière artisanale connaîtra un regain d’intérêt en 2023 et les brasseurs et brasseuses seront de plus en plus expérimentaux. Ils proposeront des bières aux saveurs innovantes (chocolat, poivre et fruits, épices, par exemple).

Dernièrement, certains acteurs ont profité de la popularité du whisky américain en s’associant avec des distillateurs pour infuser les saveurs de fûts de chêne dans les bières. La brasserie Shiner Bock a récemment collaboré avec la distillerie Garrison Brothers pour créer la Barrel-Aged Doppelbock.

La brasserie Shiner Bock a récemment collaboré avec la distillerie Garrison Brothers pour créer la Barrel-Aged Doppelbock

Les innovations apportées par les brasseries ont souvent des répercussions sur d’autres catégories de boissons. En 2023, la bière artisanale attire les jeunes (la génération Z et bientôt Alpha) qui seront les buveurs de demain. Cela donne un aperçu des tendances en matière d’innovation de saveurs que les distilleries, vignerons et entreprises de boissons suivront probablement.

Sources

Ce long dossier est basé sur des analyses et interviews des acteurs de la filière brassicole. Voici les différentes sources :

FAQ sur les tendances bière de 2023

Qu’est-ce qu’une bière Hazy ?

Une bière Hazy est une bière à haute teneur en levure et en houblon, qui a un aspect trouble ou voilé. Les bières Hazy sont souvent brassées avec des variétés de houblons qui apportent des arômes fruités et floraux (Citra, Mosaic, Galaxy, Nelson Sauvin, Amarillo, El Dorado…), et avec des types de levure qui produisent des saveurs plus douces et moins amères. Ces bières sont également brassées avec des techniques qui permettent de conserver les arômes et les saveurs des houblons, et qui donnent également un aspect trouble à la bière. Les bières Hazy sont souvent associées aux styles de bières New England IPA (NEIPA) ou Hazy IPA.

Qu’est-ce qu’une Grape Ale ou oenobière ?

Une Grape Ale, aussi connue sous le nom d’oenobière, est une bière qui est brassée en utilisant des raisins de vin. Ces raisins peuvent être utilisés frais, en jus ou en vin. En utilisant des raisins de vin, les brasseurs peuvent obtenir des arômes et des saveurs uniques qui sont similaires à celles des vins. Les oenobières peuvent varier en termes de style, allant des bières légères et fruitées aux bières plus fortes et plus complexes. Les raisins utilisés dans la production de ces bières peuvent également varier en fonction de la région, du type de raisins et de la méthode de brassage utilisée.

Qu’est-ce que la fermentation basse ?

La fermentation basse est une méthode de brassage de la bière où le levain utilisé est de type Saccharomyces pastorianus ou Saccharomyces carlsbergensis. Ces levures fermentent à des températures plus basses que celles utilisées pour la fermentation haute, généralement entre 8 et 12 degrés Celsius. Cela permet d’obtenir des bières plus légères et plus rafraîchissantes, avec des arômes et des saveurs plus subtils. Les styles de bière les plus couramment associés à la fermentation basse sont les lagers, les Pilsners et les Bocks. En raison de la température de fermentation plus basse et de la durée plus longue de la fermentation, la production de bière de fermentation basse est généralement plus difficile et plus coûteuse que celle de la fermentation haute.

Comment désalcoolise-t-on une bière ?

Il existe plusieurs méthodes pour désalcooliser une bière. L’une des méthodes les plus couramment utilisées est l’évaporation. Cela consiste à utiliser de la chaleur pour évaporer l’alcool de la bière, en laissant derrière lui les arômes et les saveurs de la bière. Cependant, cette méthode peut être coûteuse en énergie et peut également entraîner une perte d’arômes.

Une autre méthode courante est la distillation sous vide ou la distillation par centrifugation. Ces méthodes utilisent des techniques de pointe pour séparer l’alcool de la bière, tout en préservant les arômes et les saveurs de la bière. Les méthodes de distillation sont plus coûteuses et nécessitent des équipements de laboratoire spécialisés, mais elles permettent de produire des bières sans alcool de haute qualité.

Il existe d’autres méthodes telles que l’adsorption, la filtration par membrane, la filtration par résine échangeuse d’ions et la pasteurisation, qui peuvent être utilisées pour désalcooliser les bières, mais ces méthodes ont des avantages et des inconvénients différents en termes de qualité, de coût et de facilité d’utilisation. En général, le choix de la méthode dépendra des exigences de qualité et des contraintes budgétaires de chaque brasserie.

Qu’est-ce que le mouvement “Beyond Beer” ?

Le mouvement Beyond Beer est un courant qui se concentre sur l’expansion de la catégorie de la bière pour inclure de nouveaux produits et ingrédients qui vont au-delà de la bière traditionnelle. Il vise à explorer de nouveaux horizons pour la bière en termes de goût, de fonctionnalité et de consommation. Il inclut des produits tels que les boissons sans alcool, les eaux houblonnées, les kombuchas houblonnés et les cold brews, ainsi que des ingrédients tels que le CBD et les adaptogènes. Le mouvement Beyond Beer a été lancé par des brasseries, des producteurs de bière, des distributeurs et des consommateurs qui cherchent à explorer de nouvelles voies pour la bière. Il a émergé en réponse à une demande croissante pour des options de boissons plus saines et plus variées, ainsi qu’à une volonté de s’éloigner des produits alcoolisés traditionnels.

Qu’est-ce qu’un Session Mead ?

Le “session mead” est un type de miel fermenté, une boisson alcoolisée qui est plus légère et moins sucrée que les meads traditionnels. Cela en fait une boisson idéale pour les repas ou pour être consommée en grandes quantités lors d’une “session” de consommation. Ces boissons sont généralement fabriquées avec des taux d’alcool plus bas et une carbonatation plus élevée, ce qui les rend plus similaires à une bière ou à un cidre en termes de texture et de goût. Les session meads sont également souvent fabriqués avec des ingrédients non traditionnels tels que des fruits, des épices et des herbes, ce qui les rend plus variés et intéressants en termes de saveurs.

Diagnostiquez votre marque maintenant

Entamez l’expansion de votre entreprise grâce à la méthode HYDRE.

Traitez vos troubles d'identité →